Category: Articles

 

Faut-il faire confiance aux Témoins de Jéhovah ?

Non ! et voilà nos raisons :

Les Témoins de Jéhovah et le sang

1 – Ils refusent systématiquement les transfusions sanguines, mettant en jeu la vie de leurs propres enfants, alors qu’ils ont reconnu par écrit que Dieu n’a jamais publié de décrets qui les interdisent .

(Consolation. Septembre 1945 p 29, Néerlandais)

Les Témoins de Jéhovah et les vaccinations

2 – Les vaccinations furent interdites comme une violation de la loi de Dieu avant de reconnaître, 17 ans après, qu’une interdiction biblique ne semblait pas exister

(L’Age d’Or. 24 Avril 1935 p 465, Anglais)

Les Témoins de Jéhovah et la Bible


3 – Ils éditent une traduction falsifiée intitulée: les Saintes Écritures – Traduction du monde nouveau .


Preuves dans la brochure
“Les Saintes Écritures – Traduction du monde nouveau: une falsification”

Pierre Oddon
Editions DDE, rue Marie Curie, F-07000 St Julien en St Alban

4 – Ils disent que la Bible ne peut guider un chrétien sur le chemin de la vie.

Tour de Garde 15 Mars 1982 p 27

Les Témoins de Jéhovah et leurs publications

5 – Ils disent qu’elles sont la lumière divine projetée sur la Bible.

Les témoins de Jéhovah dans les desseins divins, p 46 (1971)

6 – Ils disent qu’il faut croire tout ce qui paraît dans leurs journaux.

Qualifiés pour le ministère p 158 (1962)

7 – Il ne faut jamais critiquer la somme de vérités que Jéhovah a donnée à son peuple uni au cours des cent dernières années . Puisque la Société dit qu’elle reconnaît elle-même ses erreurs, personne n’a besoin de vérifier: ainsi la bibliothèque du siège central n’est pas ouverte au public, pas même pour les adhérents.

Tour de Garde 15 Novembre 1981; lettre de la Société (5 Octobre 1983)

Les Témoins de Jéhovah et les prédictions

8 – Ils ont annoncé la fin de toute guerre et l’entier établissement du royaume de Dieu sur la terre pour 1914.

L’aurore du millénium, volume II page 73 (1903)

9 – Ils ont annoncé qu’Abraham (mort 2 millénaires avant Jésus-Christ) son fils et son petit fils allaient ressusciter en 1925 et gouverner le monde.

Des millions de personnes actuellement vivantes ne mourront jamais p 75 (1920)

10 – Malgré que leurs prédictions ne se soient jamais réalisées, ils ont annoncé la fin du monde pour les toutes prochaines années, dans la décennie 80.

Réveillez-vous 8 Avril 1969, p 13 et 14

Les documents cités ci-dessus sont scannés et accessibles (ici)

Les Témoins de Jéhovah et les déclarations insolites

Selon eux :

11 – Le trône de Dieu est dans la constellation des pléiades…

Réconciliation p 12 (1928)

12 – L’homme ne peut par avion, fusée, ballon ou autres engins, s’aventurer au delà de la couche d’air entourant notre planète…

La vérité vous affranchira p 262 (1947)

13 – Jésus s’appelle en réalité Michel…

Que ta volonté soit faite sur la terre p 314 (1965)

14 – La longueur des couloirs de la grande pyramide d’Égypte détermine la date de 1914, base de tous leurs calculs prophétiques…

La détresse du monde p 29 (1923)

15 – La bicyclette, les autocuiseurs, la dynamite sont les preuves que Christ est présent sur la terre depuis 1874…

La harpe de Dieu p 208 (1921)

16 – Les apôtres ont été ressuscités au printemps 1878 et sont présents sur la terre avec le Seigneur depuis cette date…

Etude des Ecritures volume III p 218 (1916)

Les Témoins de Jéhovah et le service armé

17 – Ils se présentent comme des pacifistes mais, pendant la deuxième guerre mondiale ils ont fait la déclaration publique suivante:
Nous n’avons jamais eu et nous n’aurons jamais la prétention de déclarer que l’accomplissement des devoirs militaires est en contradiction avec les principes et les buts de l’association des Témoins de Jéhovah tels qu’ils sont fixés dans ses statuts .

Consolation n 505, 1er Octobre 1943

Les Témoins de Jéhovah et leur organisation

18 – Ils revendent leurs nombreuses publications pour le compte d’une puissante Société américaine multimilliardiaire. En France, le compte d’exploitation 1980 faisait apparaître que 71 % de leurs recettes colossales provenaient de la vente des livres. Actuellement ils préfèrent les offrir pour une contribution volontaire: cela rapporte plus et permet d’échapper à la TVA.

Rapport n 46.488 du 18.1.85 M Delon, Commissaire du Gouvernement

19 – Ils doivent rendre régulièrement un rapport écrit de leur activité: les résultats sont centralisés sur ordinateur en Amérique.

Une organisation pour prêcher et faire des disciples p 125 (1972)

20 – Leur espérance de salut dépend de leur appartenance à cette organisation et des résultats du rapport de service.

Vous pouvez vivre éternellement …. p 255 (1982)

Les Témoins de Jéhovah et les chrétiens

21 – Tous les chrétiens se trompent, tous font partie de la fausse religion . Les responsables sont les représentants et les serviteurs du Diable . Seuls les témoins de Jéhovah ont toute la vérité, seuls ils ont une chance de salut, seuls ils sont I’organisation de Dieu …

La crise p 43 (1933) et Tour de Garde 15 Mars 1982 p 31

Les Témoins de Jéhovah et vous

22 – En frappant à votre porte et en essayant de placer leurs périodiques ( Réveillez-vous ou La Tour de Garde ) ils exécutent le premier pas de leur plan d’endoctrinement en 7 étapes qui fera de vous un témoin de Jéhovah et un diffuseur de livres pour la Société.

Une organisation pour prêcher et faire des disciples p 120-125 (1972)

23 – N’en voulez pas trop à ceux qui viennent vous réveiller tous les dimanches matin: ils ne viendraient pas s’ils n’y étaient pas obligés! un territoire de prospection leur est alloué et cela leur permet d’avoir toute leur après-midi de libre…

Une organisation pour prêcher et faire des disciples p 118 (1972)

24 – Le temps mis à vous écrire, à vous téléphoner, à vous visiter est soigneusement noté sur le rapport de service de vos visiteurs .

Une organisation pour prêcher et faire des disciples p 126 (1972)

Les Témoins de Jéhovah et nous

25 – Champions de la discussion avec ceux qui ne connaissent rien de la Bible ni de l’origine peu claire de leur organisation , ils refusent nos rendez-vous alors que nous pourrions les éclairer.

Plusieurs lettres recommandées avec accusé de réception

26 – Ils ne répondent pas aux lettres qui demandent des explications précises sur leurs errements prophétiques et doctrinaux.

Plusieurs lettres recommandées avec accusé de réception

27 – Pour éviter que leurs adeptes lisent nos traités les dirigeants disent que nous sommes d’ex-témoins de Jéhovah, des apostats auxquels il ne faut pas même parler: c’est une calomnie.

Faites l’expérience vous-même avec un témoin de Jéhovah
en lui demandant de qui émane de telles recherches !

L’occultisme

“Les choses cachées sont à l’Eternel, les choses révélées sont à nous et à nos enfants.” (Deutéronome 29.29)

PREMIERE PARTIE : INTRODUCTION

1.1 Généralités

1.1.1 Qu’est-ce que l’occultisme ?

Le mot français “occultisme” vient du latin “occultus” qui signifie caché ou secret. On range sous ce terme toutes les idéologies et toutes les activités qui mettent en mouvement des puissances invisibles. Leurs effets sont contrôlables mais l’origine de la puissance reste cachée. Notre monde matérialiste n’échappe pas à l’attrait de l’occultisme et des pays qui se glorifient d’être athées poussent très loin leurs études sur la parapsychologie. C’est un sujet qui ne laisse jamais personne indifférent.

1.1.2 Origine des différentes puissances

Le livre de la Genèse commence par ces mots : “Au commencement Dieu créa les cieux et la terre” (Genèse 1.1) C’est là une manifestation de puissance inimaginable; seule la foi comprend que les mondes furent formés par la Parole de Dieu (Hébreux 11.3). Satan est présenté dans la Bible comme un ange révolté contre Dieu (Esaïe 14 et Ezéchiel 28) qui emploie toute sa puissance pour contrecarrer les plans de Dieu et pour entraîner à sa suite le plus grand nombre d’ humains. La Bible ne mentionne que deux sortes de puissances spirituelles : celle venant de Dieu et celle venant du Diable ; nous ne croyons pas à une énergie cosmique neutre indiquant l’avenir aux uns, guérissant les autres et accomplissant toute sorte de phénomènes inexpliqués.

1.1.3 Attention, danger !

S’il y a des gens qui voient le diable partout, il y en a d’autres qui ne le voient nulle part. Les deux positions sont fausses et le diable en tire parti. Il maintient les premiers dans une crainte servile et agit avec toute liberté envers les seconds. Qu’il soit ignoré ou adoré, l’important est qu’il puisse accomplir son travail de destruction.

1.1.4 Un chrétien peut-il être séduit?

Le premier stade de la séduction consiste à croire qu’on ne peut pas l’être. Si Paul craignait que les Thessaloniciens ou les Corinthiens ne soient séduits, ce n’est probablement pas parce qu’ils ne pouvaient pas l’être (2 Thessaloniciens 2.2 ; 2 Corinthiens 11.2-4)! Si en voiture vous prenez un sens interdit, vous risquez un accident grave, tous torts à votre charge ; si vous ne tenez pas compte des enseignements, et spécialement des interdictions de la Bible, vous aurez des “accidents” dans votre vie chrétienne et tous les torts seront aussi à votre charge.

1.3.1 L’arsenal satanique

Les buts de Satan sont simples dans le sens qu’ils sont entièrement opposés à ceux de Dieu :

  • entraîner le plus d’hommes possible dans le mal et à leur perte,
  • faire chuter les croyants.

Quant aux moyens employés, nous pouvons bien dire que tous les moyens sont bons, mais soulignons le mélange subtil de la vérité et de l’erreur, du bon et du mauvais. L’opposition systématique de Satan à Dieu l’amène à mettre en place une échelle de valeurs dites “inversées”. Ainsi, dans le royaume des ténèbres, tout ce qui est interdit par Dieu est proclamé bon et louable. Son royaume a pour fondement le mal, sous la forme de

  • la violence,
  • la corruption,
  • les faux cultes.

1.3.2 La panoplie divine

Face à cette puissance du mal, le croyant n’est pas sans ressource. Il lui est même accordé la faveur de contrecarrer les desseins du malin ; tout croyant est engagé dans un combat spirituel contre les puissances spirituelles qui sont dans les lieux célestes (Ephésiens 6). Un tel combat ne peut être victorieux sans :

  • la protection du sang rédempteur (Apoc. 12.11),
  • l’obéissance à la Parole de Dieu (Jean 5.18),
  • l’armure complète de Dieu (Ephésiens 6.10-20),
  • les dons spirituels (1 Corinthiens 12),
  • le jeune et la prière (Matthieu 17.21 ; Eph. 6.18),
  • l’humiliation (2 Chroniques 7.14),
  • un engagement déterminé (Psaume 106.19-23).

DEUXIEME PARTIE : IDENTIFICATION DE L’ENNEMI

Introduction

La première erreur consiste à voir l’ennemi là où il n’est pas : Satan est heureux de nous voir discuter et perdre notre temps pour savoir si les découvertes techniques peuvent être employées ou pas. Un couteau n’est ni bon ni mauvais, mais il peut servir au mal ou au bien, il en est de même d’une voiture ou d’un ordinateur, il en est de même de nos membres employés jadis comme des “esclaves de l’impureté” mais utilisés maintenant comme des “esclaves de la justice”. La seconde de ne pas le voir là où il se cache réellement. Puisque notre thème est l’occultisme, nous allons essayer de donner une information générale permettant de débusquer l’ennemi derrière des façades souvent anodines, voire de bonne renommée.

2.1 Généralités

2.1.1 Un avertissement clair

Il est intéressant de considérer les consignes que Dieu donne au peuple hébreu dans le désert du Sinaï par l’intermédiaire de Moïse: “Quand tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras pas à faire selon les abominations de ces nations : il ne se trouvera au milieu de toi personne qui fasse passer par le feu son fils ou sa fille, ni devin qui se mêle de divination, ni pronostiqueur, ni enchanteur, ni magicien, ni sorcier, ni personne qui consulte les esprits, ni diseur de bonne aventure, ni personne qui interroge les morts ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel ; et à cause de ces abominations, l’Eternel, ton Dieu, les dépossède de devant toi. Tu seras parfait avec l’Eternel, ton Dieu. Car ces nations que tu vas déposséder, écoutent les pronostiqueurs et les devins ; mais pour toi, l’Eternel, ton Dieu, ne t’a pas permis d’agir ainsi.” (Deutéronome 18.9-14) Ce passage, le plus complet concernant les pratiques dites occultes, établit clairement la gravité de cet abominable péché. Faisons remarquer qu’il y a deux catégories de personnes :

  • celles qui pratiquent ces choses,
  • celles qui les écoutent.

Les responsabilités sont différentes mais les deux sont coupables (cf. Romains 1.32).

2.1.2 L’Occultisme moderne

Il est bien clair que, depuis la chute de l’homme, Satan et ses démons interviennent dans la vie des hommes. Néanmoins, les 150 dernières années ont été extraordinaires, non seulement par les découvertes fantastiques de la science moderne, mais aussi par une recrudescence de l’occultisme, non seulement toléré mais accepté publiquement. En Israël, ce péché était puni de mort. Il en fut de même au cours des siècles : dans notre pays, des centaines de milliers de gens sont morts au Moyen Age, accusés de sorcellerie ou d’autres pratiques. En 1692, le fameux procès des sorcières de Salem se termina par 23 exécutions. Aujourd’hui, des sorcières avouées écrivent des livres et tiennent des rubriques dans les journaux, donnent des émissions à la radio et à la télévision. Le premier livre d’occultisme publié officiellement est sorti en 1831 : c’est “La voyante de Prévorst”, du médecin allemand Kerner. En 1845, un jeune homme nommé Alexis Didier décide de “répandre la vérité spirite dans le monde” ; ses dons de clairvoyance sont extraordinaires. En 1846, une jeune fille, Angélique Cottin, manifeste de tels dons que les plus hautes instances scientifiques s’y intéressent ; voici une partie du rapport du professeur Arago à l’Académie des sciences : “J’ai vu deux fois la ‘jeune fille électrique’ : Une table à manger d’une moyenne grandeur et assez lourde a été plusieurs fois poussée et déplacée par le seul fait du contact de ses vêtements. Un canapé fort grand et lourd sur lequel j’étais assis, a été poussé violemment jusqu’au mur…” En 1848, aux Etats-Unis, les jeunes filles Fox inventent le code spirite. Ainsi le terrain sera prêt pour celui que l’on appelle le “prince des médiums” qui, à partir de l’Angleterre, fera rayonner le spiritisme sur l’Europe : Douglas Home. Ce dernier était capable, devant témoins, de se déplacer dans les airs. En 1857, celui qui sera connu sous le nom d’Allan Kardec publiera “Le livre des esprits” et fondera la “Société parisienne des études spirites” ; mort en 1869, sa tombe au Père Lachaise est constamment fleurie depuis 120 ans… En 1889, se tiendra à Paris le premier congrès spirite international. De nos jours, les présidents de la République, les ministres, les députés et les préfets consultent sans honte les médiums. Madame Soleil a dû organiser ses rendez-vous pour que les leaders de la majorité et de l’opposition ne se rencontrent pas dans sa salle d’attente…

2.1.3 Définissons les mots

  • Augures : Collège sacerdotal chez les Romains : son rôle était d’interpréter les signes et de faire des prédictions.
  • Charmes ou Enchantement ou Maléfice ou Envoûtement : Sort jeté par des procédés magiques.
  • Conjuration : Action surnaturelle par laquelle on commande à des puissances maléfiques.
  • Démon (du grec “daimon” : esprit, génie) : Suivant les époques, ils furent appelés ogres, faunes, satyres, naïades, dryades, lémures, mânes, trolls, géants, pixies, kelpies, djinns…
  • Divination : Art de découvrir l’avenir par divers procédés pronostiqueurs.
  • Exorciser : Chasser un démon hors d’une personne.
  • Faire passer par le feu son fils ou sa fille : Le culte de Moloc comportait des sacrifices humains. Les cultes actuels à Satan aussi.
  • Incantation : Emploi de formules magiques pour opérer un sortilège.
  • Lévitation : Soulèvement d’une personne ou d’un objet sans effort mécanique.
  • Magie ou Sorcellerie (du grec “mageia” – sorcellerie) : Pratiques qui reposent sur la notion que l’univers est régi selon les principes de correspondance entre macrocosme et microcosme. Au sens plus restreint, la magie est l’art de produire des phénomènes extraordinaires, inexplicables du fait qu’ils ne dérivent ni des forces de la nature, ni des aptitudes connues de l’homme.
  • Mancie (du grec manteia : divination) : Support divinatoire utilisé par la plupart des devins.
  • Nécromancie : Art d’évoquer les morts par la magie. (Des esprits mauvais se font passer pour les esprits des morts).
  • Oracle (du latin “orare” : parler) : Lieu où les peuples de l’Antiquité avaient coutume de consulter leurs divinités. Réponse donnée au prophète.
  • Parapsychologie ou Métapsychique : Etude des phénomènes supranormaux.
  • Philtre : Drogue magique.
  • Spirite : Personne qui communique avec les esprits.
  • Superstition : Fausses idées que l’on a de certaines pratiques religieuses.
  • Télékinésie : Déplacement d’objets sans contact.
  • Télépathie : Perception intuitive d’un événement qui affecte une autre personne.
  • Translation : Déplacement d’une personne d’un lieu à un autre de façon surnaturelle.

2.1.4 Réalité de la puissance démoniaque

S’il est incontestable qu’il y a du charlatanisme dans l’occultisme, de la fraude, une exploitation certaine de l’ineffable crédulité humaine, il est tout aussi certain qu’il est impossible d’expliquer logiquement de nombreux phénomènes surnaturels. Voici le témoignage d’un savant américain, John Taylor, appelé à contrôler lui même les agissements du médium Uri Geller capable, parmi bien d’autres choses, de tordre une fourchette à distance : “Moi, physicien érudit, depuis 20 ans voué à la recherche des mystères de la matière et de l’esprit, je me trouvais soudain le témoin confondu de ce que je savais ne pas pouvoir m’expliquer : et encore moins expliquer à des millions de téléspectateurs.” Dans nos pays occidentaux, la puissance magique ne s’étale pas encore au grand jour comme dans certains pays, où toute la vie d’un peuple passe par les sorciers des villages. Il ne viendrait jamais à l’idée d’un Africain de nier la puissance occulte ou de se moquer du pouvoir des sorciers et des marabouts ; ils savent qu’elle est réelle et qu’ils sont capables de tuer à distance.

La Bible rend un témoignage sans équivoque à la puissance des magiciens dans le livre de l’Exode. Moïse fut confronté aux puissances démoniaques qui purent, jusqu’à un certain point, imiter la puissance divine. Il ne contesta pas la réalité de ces miracles extraordinaires, mais montra la supériorité de la puissance divine (Exode 7.11;Exode 7.22;Exode 8.7).

2.2 Méthodes

2.2.1 Divers

  • Télévision : Au niveau technique, la TV est remarquable, elle pourrait être un instrument influençant favorablement les hommes : il n’en est rien. On assiste au contraire à des spectacles répétés de violence, d’immoralité et de magie. De nombreux parents laissent leurs enfants devant le petit écran toute la journée du mercredi pour la très simple raison que ce sont des programmes spécialement préparés pour les enfants. Faites l’essai une seule fois, regardez l’ensemble du programme et vous verrez que les dessins animés pour les enfants font souvent appel à la magie et sont ainsi, de façon lente mais sûre, une initiation aux pratiques occultes. Ainsi simplement en manipulant les boutons et en changeant de chaîne, vous pouvez vous trouver en direct avec le meurtre, les orgies sexuelles, la magie ou les séances spirites. Soit vous maîtrisez la TV, soit elle vous maîtrise : ne devenez pas un esclave, pensez à protéger vos enfants.
  • Ordinateurs : C’est une invention géniale s’il en est, mais présentant certains dangers. Généralement l’ordinateur vous fait payer très cher en temps et en argent les services exceptionnels qu’il vous rend ! Il fabrique une génération pour qui tout se règle par oui ou par non, par 0 ou 1. De plus, il met à la disposition des enfants un ensemble de possibilité de jeux plus ou moins bons. L’attrait de l’image qui bouge est irrésistible pour la plupart des humains, surtout si l’on peut, contrairement à la TV, converser et jouer avec l’ordinateur. Enfin, il faut savoir que plusieurs “jeux de rôle” sont des initiations à l’occultisme.
  • Musique rock : Plusieurs chanteurs de rock de renom sont des satanistes déclarés : ils affirment avoir vendu leur âme à Satan pour avoir la réussite. Les paroles de leurs chants sont des louanges au diable, des prières sataniques. Sans parler des messages subliminaux qui amènent ceux qui écoutent ces chants à des comportements soit agressifs, soit immoraux. D’un autre côté, toute musique rock n’est pas satanique!
  • Biofeedback : C’est une technique permettant de contrôler des fonctions du corps que Dieu n’a pas permis que nous contrôlions.
  • Amulettes, talismans, médailles : C’est l’équivalent européen du gri-gri africain. Ces objets, bénis ou magnétisés, sont censés protéger, apporter la chance, le bonheur, la réussite. Certains sont de petites boites contenant des formules magiques : il y a interdiction de les ouvrir sous peine de mort (Mahikari).

2.2.2 La pseudo-science

Qu’il soit bien précisé que les différents sous-titres ne caractérisent pas obligatoirement des activités occultes. Notre désir est d’attirer l’attention sur les techniques du Diable pour tromper et mettre sur les hommes des liens occultes, en particulier concernant les médecines dites “parallèles” : Leur origine n’est pas claire et il ne faut pas être étonné de voir de nos jours de plus en plus de salons de “l’occultisme et des médecines parallèles”. Cette association devrait faire réfléchir sérieusement.

  • Homéopathie : Les grands espoirs suscités par la découverte du professeur Benveniste sont actuellement anéantis : l’eau n’a pas de mémoire, si bien que, de nos jours, personne ne peut encore expliquer qu’un produit qui ne contient aucune molécule de matière active puisse produire des effets. Certains parlent de l’intervention de “l’énergie cosmique” captée au cours des différentes succusions. certains homéopathes ont recours à des pratiques occultes.
  • Acupuncture : Elle a son origine dans la vieille Chine et est basée sur la philosophie orientale. Deux affirmations fondamentales la soutendent :
    1. Il existe une “énergie vitale” appelée “chi”.
    2. Il y a des méridiens qui distribuent cette énergie mystérieuse à tous les membres du corps.

    L’énergie serait contrôlée par le Yin et le Yang, des opposés universels négatif et positif. Toute maladie résulterait du manque de balance entre ces deux opposés. Les aiguilles plantées judicieusement permettraient de rétablir cet équilibre.

  • Guérisons par les plantes : Personne n’est contre une médecine réellement naturelle, ni contre une infusion, mais on vous présentera parfois des potions plus ou moins magiques, aux recettes préparées par des moyens occultes. Il y a trois sortes de phytothérapeutes :
    1. ceux qui se refusent à utiliser le pendule ou tout autre moyen occulte pour poser leur diagnostic et prescrire leurs remèdes ;
    2. ceux dont les produits sont préparés en partant de principes philosophiques occultes ;
    3. ceux qui ne travaillent qu’avec l’aide de moyens occultes.
  • Iridologie et auriculothérapie : Un journal sous-titrait : “Fantaisies agréables à l’œil et douces à l’oreille”… Une chrétienne est venue me louer les qualités extraordinaires de son iridologue qui, sans l’avoir examinée, lui a dit tout ce qu’elle avait. L’iris, l’oreille ne sont que des supports pour donner confiance. Plusieurs des médecins qui utilisent ces méthodes sont simplement des médiums.
  • Imposition des mains et hypnose : Elle est présentée aux Etats-Unis comme une thérapie hors du commun et commence à être enseignée dans les hôpitaux et les écoles d’infirmières.
  • Radiesthésie et pendule : Beaucoup de gens sentent des radiations. Le meilleur moyen de les interpréter est de se servir d’un pendule (objet de poids divers pendu au bout d’un fil) ou d’une baguette de coudrier. Sous l’action de ces prétendues radiations terrestres, le pendule tourne et la baguette monte, frappe, ou tourne. On commence par trouver de l’eau, puis à indiquer la profondeur de l’eau ; puis on questionnera le pendule pour savoir si tel ou tel aliment convient ; puis on recherchera des objets, des métaux précieux, ou des personnes, pour en arriver à la télé-radiesthésie, qui permet de retrouver des objets ou des personnes en les situant sur une carte géographique. Inutile de dire que, dans ce dernier cas, les radiations n’ont plus rien à voir : c’est de la divination par le pendule. Ecoutons la conclusion du Professeur Henri Devaux, de l’Institut de France, Professeur à la faculté de Bordeaux : “Les chrétiens ont à se méfier du danger moral et spirituel que recouvre cette pseudo science baptisée du nom ambitieux de radiesthésie… elle est parente du spiritisme et de toutes ses prétendues révélations.” Osée dira : “Mon peuple est détruit faute de connaissance… mon peuple interroge son bois, son bâton est son oracle, car l’esprit de fornication égare ; et il se prostitue se soustrayant à son Dieu.” (4.6,12)
  • Télépathie : La télépathie est largement utilisée pour communiquer entre médiums ou lors de séances occultes.

2.2.3 Les “fausses” religions

  • Un autre Jésus : Adorer un “Jésus” qui est différent de celui présenté par les Ecritures est un acte d’idolâtrie. Le Christ des Mormons n’est pas le Christ de l’Evangile. Et que dire de Georges Roux ou de Moon, qui se présentent comme le Messie ?
  • Doctrines de démons : Ce peut être des hérésies qui portent atteinte à la personne et à l’œuvre de Jésus Christ. La défense de se marier et l’abstention obligatoire des viandes sont aussi appelées des doctrines de démons (1 Timothée 4.1-3).
  • Yoga : La plupart des religions orientales pratiquent le yoga qui est le chemin le plus sûr pour le salut. C’est une grossière erreur de penser qu’il s’agit d’une simple gymnastique. Le but suprême est de se fondre dans la divinité, de devenir Dieu, la méditation amenant à la passivité, les postures et les mantras mettant en relation avec les puissances des ténèbres.
  • Mouvement dit charismatique : Nous nous réjouissons de tous les charismes (dons) authentiques que Dieu donne à son peuple, mais le mouvement “charismatique” actuel, dans son extrême variété, caractérisé essentiellement par une recherche et une pratique anormale du “parler en langues”, contient de façon évidente une charge occulte dont il faut se méfier. Il est bien entendu que ce fléau n’affecte pas seulement les mouvements dits “charismatiques”.

2.2.4 La superstition

Elle est le premier pas vers l’occultisme. Elle est une contrefaçon de la foi. Ces expressions qui peuvent sembler anodines sous entendent l’activité d’une puissance qui ne saurait être divine. Voici quelques exemples :

  • Jamais deux sans trois.
  • Les chats noirs portent malheur.
  • Araignée du soir : espoir.
  • Nez pointu : signe de méchanceté aigu.
  • Le chiffre 13 porte bonheur (ou malheur).
  • Ne jamais passer sous une échelle.
  • Placer sa bible sous l’oreiller.
  • Mettre un fer à cheval sur sa porte.
  • Faire un vœu si on voit une étoile filante.
  • Crainte d’ouvrir un parapluie dans la maison.
  • Porter une amulette, etc…

2.2.5 Prédictions, divination

Que la prédiction soit faite comme un jeu auquel on ne croit pas, que l’on “tire les cartes” avec des amis “pour passer le temps”, que l’on consulte un médium “juste pour voir”, ne change rien à la responsabilité de celui qui le fait. C’est s’engager sur un terrain ennemi, sur un terrain interdit, où Dieu ne garantit sa protection ni aux incrédules, ni aux croyants. Le contact avec l’occultisme est toujours dangereux car il est une désobéissance à Dieu, un mépris de ses commandements, un rejet de son amour, une dépendance anormale d’un objet, une foi en quelque chose ou quelqu’un qui n’est pas Dieu. Beaucoup prédisent l’avenir “pour s’amuser” jusqu’au jour où ils sont les premiers surpris de voir les choses prédites se réaliser… une puissance occulte est derrière la scène et utilise cette désobéissance pour entraîner la personne plus loin dans le domaine de l’occultisme. Toute divination réelle suppose généralement

  • un “don de clairvoyance”,
  • un support matériel appelé mancie,
  • un rituel magique (prières, paroles ou gestes mystérieux).

La Bible nous met sérieusement en garde contre ce péché : Lévitique 19.31 ; Deutéronome 18.9-14 ; Esaïe 8.19 ; 44.24-25 ; Michée 3.6 ; 5.11-12 ; Jérémie 29.8-9 ; 2 Rois 1.2-3 ; Actes 16.16.

  • Chiromancie : La chiromancie, ou divination par la lecture des lignes de la main, est largement pratiquée par les médiums et les “diseuses de bonne aventure”. Une seule expérience suffit à tisser un lien occulte sur la personne et à entraîner des désordres dans sa vie spirituelle, voire physique.
  • Cartomancie : Les cartes à jouer ont été inventées en France en 1392 pour l’usage personnel du roi Charles VI alors qu’il était malade mental. Le roi représente le diable ; la dame, Marie mère de Jésus et, d’une manière blasphématoire, notre Seigneur est représenté comme le valet, fils de l’union de Satan et de Marie… Compte tenu de leur origine, on n’est pas étonné de les trouver comme support pour la divination ; elles stimuleraient les capacités médiumniques des individus. Le jeu de tarots est le support le plus employé pour la cartomancie.
  • Nécromancie : Le médium met soit disant en rapport avec l’esprit d’un défunt. Beaucoup de personnes s’imaginent ainsi dialoguer avec un être cher alors qu’ils sont odieusement trompés par un démon.
  • Graphologie : L’étude de l’écriture peut donner des renseignements importants sur le caractère d’une personne ; l’écriture reflète la personnalité. Néanmoins, elle sert parfois de support pour la divination. L’écriture automatique est un signe caractéristique d’intervention démoniaque.
  • Cristallomancie : C’est la divination par l’intermédiaire d’une boule de cristal. Le médium est seul à voir les diverses images mais elles sont réelles pour lui. 1 Samuel 28 ne nous précise pas si cette spirite utilisait une boule de cristal mais Saül lui demande : “Que vois-tu?” (v 13).
  • Astrologie et horoscopes (Esaïe 43.13) : Elle se voudrait science mais n’est que divination. L’astronome Paul Couderc de l’observatoire de Paris écrit : “Il n’existe pas de nos jours, sur toute la terre, un seul astronome, grand ou petit, qui croit à l’astrologie. Oui, le soleil chauffe la terre et y entretient la vie ; mais il ne s’ensuit pas qu’il s’intéresse à vos affaires de cœur. Oui, la lune participe aux marées, mais elle ne vous conseille pas dans le choix d’un billet gagnant… Oui, Jupiter est une belle planète, mais sa présence au milieu de notre ciel de nativité ne garantit en rien votre succès au baccalauréat…” Nous pouvons faire remarquer que les signes du zodiaque fixés du temps de Ptolémée, ne correspondant plus aux constellations dont ils portent le nom ; car l’axe de rotation de la Terre ne conserve pas une direction immuable dans l’espace. Ainsi à cause du léger recul annuel de la Terre et qui s’élève au cours des siècles, les constellations antiques ne se trouvent plus dans les cases qui portent leur nom ! De plus, l’astrologie travaille imperturbablement avec la notion du soleil tournant autour de la terre… Non, l’astrologie n’est pas sérieuse ; d’ailleurs les astrologues ne font pas fortune en prédisant pour eux mêmes le numéro gagnant de la loterie mais en vous faisant croire qu’ils peuvent annoncer votre avenir et vos chances de gagner. Si ça ne marche pas, ils ont tout de même gagné le prix de la consultation. Signalons encore les Biorythmes. Votre astrologue vous indiquera vos jours de chance et vos mauvais jours… L’Express du 1er Janvier 1984 titrait sur sa page de couverture : “L’Astrologie envahit tout” : elle est dans tous les journaux, à la radio, à la télévision… et même dans certains calendriers des PTT en France ! Après la superstition, elle devient souvent le second échelon vers les pratiques occultes.

2.2.6 La Magie

C’est un ensemble de techniques permettant de communiquer avec les forces occultes et d’influer en bien ou en mal sur autrui. Le livre des Actes nous parle de Simon le magicien (8.9) et d’Elymas, appelé par Paul, fils du diable (13.8-10).

  • Magie noire ou sorcellerie : Le but est de se venger, de faire du mal aux autres. C’est une forme très grave du péché d’occultisme. Les sorciers essayent de s’approprier le plus possible de puissance satanique. Aujourd’hui, comme toujours, de telles personnes existent. Ne vous imaginez pas qu’une sorcière est une vieille personne vêtue de noir, décharnée, avec le nez crochu, et de grosses verrues. Les sorcières modernes peuvent être de belles jeunes filles élégantes et distinguées, c’est peut-être votre chef de service ou la secrétaire du patron… La Bible nous dit que Satan se déguise en ange de lumière et ses ministres en ministres de justice (anges gardiens,…) il est maître dans l’art de tromper et de séduire. Les livres de magie portent souvent des noms pieux : leur lecture est comparable à une adhésion au royaume de Satan. Citons :
    • Le bouclier spirituel,
    • La bénédiction sainte à l’usage des chrétiens pieux,
    • Le livre scellé de 7 sceaux,
    • Les 6° et 7° livres de Moïse.

    Il existe une magie de sort qui consiste à envoyer à distance des maladies ou des malheurs sur telle ou telle personne. Cette magie peut aller jusqu’à produire la mort physique chez autrui.

  • Magie blanche : Beaucoup de personnes “de bonne volonté” se trouvent avec des “dons” surnaturels, sans les avoir réclamés pour elles-mêmes. Elles pensent que ce sont des dons divins et essayent de les mettre au service de l’humanité. D’autres, par des potions magiques, essayent d’aider l’humanité souffrante. Le diable ne donne rien gratuitement : ces différents pouvoirs, apparemment acceptables, tissent des liens occultes sur les personnes qui en sont les bénéficiaires. Attention aux choses pas claires, aux formules magiques, aux pouvoirs surnaturels “gratuits”!

2.2.7 Spiritisme

Derrière la magie, ou les différentes mancies se cachent les démons, les esprits mauvais ; elles sont donc des formes de spiritisme. Nous appelons ici “spiritisme” le contact direct avec les puissances des ténèbres.

  • Tables tournantes : C’est généralement par là que l’on commence, “pour s’amuser”. La table tourne, la table se soulève : c’est une expérience exaltante qui fait prendre conscience des forces spirituelles invisibles.
  • Interrogation des esprits : Il y a toutes sortes de méthodes pour communiquer avec les esprits: verres qui se déplacent, nombre de coups correspondant à oui ou à non, lettres d’un jeu de Scrabble, etc. Un esprit peut aussi s’emparer facilement des organes vocaux d’un être humain (qui joue le rôle d’intermédiaire, de “médium”) et ainsi dialoguer avec ceux qui l’interrogent. N’oublions jamais que Satan est le père du mensonge et que les renseignements que donnent les démons sont souvent trompeurs (cf. Actes 19.13). De toute manière, c’est un péché parce que c’est une chose interdite par Dieu.

2.2.8 Culte à Satan

C’est la forme la plus grave de l’occultisme. Les personnes ayant des capacités médiumniques sont souvent attirées à aller de plus en plus loin. La recherche de puissance est pour eux non seulement enviable pour “être quelqu’un” mais aussi indispensable, car les démons se livrent entre eux des luttes sans merci. La personne intéressée par les puissances occultes sera amenée, souvent de force, à signer un pacte avec Satan, cela avec son propre sang, au cours de cérémonies où des démons se matérialisent. Ces personnes reçoivent un “démon protecteur” ou esprit familier, qui les protégera et leur donnera des pouvoirs exceptionnels tant que la personne restera dans le chemin de Satan. Une désobéissance sera réprimée par une punition : maladie ou torture. Ainsi la victime devient de plus en plus dépendante des démons et accepte, sous peine de mort, la participation à des “messes noires” où des sacrifices humains sont encore offerts. Ces rencontres se terminent toujours en orgies sexuelles et les bébés illégitimes ne sont pas déclarés mais gardés comme victimes pour les sacrifices. Ce culte satanique se répand de plus en plus. La première église satanique fut crée aux Etats-Unis en 1966 ; trois ans après, il y avait 6 000 membres. Cette vague de mal déferle sur l’Europe à grande vitesse, pratiquement toutes les grandes villes ont des salles pour les cultes à Satan.

TROISIEME PARTIE : DELIVRANCE, EXORCISME ET CURE D’AME

Il n’est pas possible, dans le cadre de cette étude de développer un tel sujet. Je ne donnerai donc que quelques grandes lignes

3.1 Chair, Maladie ou démon ?

Après avoir ignoré l’agissement des démons, on risque, suite à une information comme celle-ci, de voir des démons partout. Je n’ai plus de responsabilité : c’est le démon qui me fait mettre en colère, qui me fait convoiter ceci ou cela… N’oublions pas que nous sommes bien capables de convoiter de nous même, sans l’aide de Satan (pendant le millénium, Satan est lié néanmoins, le mal sera encore sur la terre).

3.1.1 Chair ou démon ?

La chair ne se chasse pas mais se crucifie, : les démons ne se crucifient pas mais se chassent. Prenons l’exemple d’une personne ayant, avant sa conversion, pratiqué une forme d’occultisme. Tous ceux qui travaillent dans la “cure d’âme”, dans la “relation d’aide”, dans le “ministère pastoral”, savent que, pour des raisons qui leur échappent en partie, des liens peuvent rester sur le croyant après sa conversion. Ces liens doivent être déliés pour que la personne soit réellement libre. Dans d’autres cas, la délivrance est complète au moment de la conversion. Nous trouvons peut être une image biblique dans la résurrection de Lazare : le Seigneur donne la vie à Lazare, mais lorsque Lazare sort, il a encore toute l’apparence d’un mort : il est pieds et mains liés dans des bandelettes et ce sont les disciples qui reçoivent l’ordre de le délier et de le laisser aller (Jean 11.44). Ainsi, si le Seigneur seul peut opérer une nouvelle naissance, il confie aux siens le ministère de délier ceux qui portent encore les marques de l’esclavage de l’ennemi.

3.1.2 Maladie ou démon ?

Il y a des maladies qui sont d’origine démoniaque, elles ne répondent pas aux traitements courants, mais il n’y a pas le démon derrière toute maladie. La maladie est liée à la chute et aucun de nous ne meurt en bonne santé ! Veillons à ne pas culpabiliser davantage une personne qui est malade, spécialement si elle souffre de dépression ou de maladie mentale. On ne peut poser un diagnostic qu’après avoir écouté la personne. D’une façon générale, les personnes qui pensent avoir un démon n’en ont pas!

3.2 Confession et renonciation à l’occultisme

Il y aurait bien moins de problèmes individuels et collectifs si la confession des péchés était faite non seulement à Dieu (qui seul peut les pardonner) mais à des personnes de confiance qui peuvent nous porter dans la prière, nous aider à sortir de nos problèmes (Jacques 5). Rares sont les personnes qui sont délivrées de liens occultes sans l’intervention d’une aide extérieure. Rares sont les personnes qualifiées pour recevoir une confession et pour aider autrui. Pour pouvoir être délié, toute pratique occulte doit être confessée, jugée, abandonnée. Il faut qu’il y ait une prise de position nette : un renoncement clair et total.

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ? »

Les fausses interprétations et applications de ce verset deviennent ridicules sur l’internet. On constate combien les gens sont ignorants de la bonne manière d’interpréter et de comprendre la vérité de la Parole.

Ils sont manipulés par le diable et deviennent outrageux contre le peuple de Dieu, mais ils se croient dans le vrai.

NON, on ne base pas ses croyances sur un seul verset sorti du contexte! Les gens utilisent ce verset pour parler contre les pasteurs, les Eglises, les librairies chrétiennes, etc, etc. Ridicule. Les disciples n’avaient jamais reçu un livre ou autre chose matériel gratuitement. Ils avaient entendu l’Evangile sans payer. Ils avaient reçu des prières de délivrance et de guérison gratuitement, mais à part cela, rien n’a été gratuit. Les apôtres ne donnaient rien d’autre gratuitement.

Et le verset ne signifie pas qu’ils ne recevaient pas une aide financière. Pour comprendre ce verset il faut lire plus loin. Jésus a dit : Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. Mais ce qu’il a dit avant et après, change la réalité du message.

Matthieu 10:8-13 : Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. Ne prenez ni or, ni argent, ni monnaie, dans vos ceintures ; ni sac pour le voyage, ni deux tuniques, ni souliers, ni bâton ; CAR L’OUVRIER MÉRITE SA NOURRITURE. Dans quelque ville ou village que vous entriez, informez-vous s’il s’y trouve quelque homme digne de vous recevoir ; et demeurez chez lui jusqu’à ce que vous partiez. En entrant dans la maison, saluez-la ; et, si la maison en est digne, que votre paix vienne sur elle ; mais si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne à vous.

Jésus savait que le Saint-Esprit conduirait ses disciples vers les personnes qui les aideraient financièrement.

Jésus Christ veut que les hommes qu’il a choisis pour le ministère soient soutenus pleinement, qu’ils puissent consacrer tout leur temps à annoncer l’Evangile, que le message de l’Evangile touche toutes les nations et que tous aient la possibilité de se repentir.

Mes amis, Paul vivait de l’Evangile. PARFOIS, par nécessité, ou pour être un modèle pour des paresseux, Paul n’a pas utilisé ce droit de vivre de l’Evangile. Il a travaillé en fabricant des tentes. J’ai choisi de ne pas recevoir un salaire aussi pendant un temps afin d’aider de petites Eglises. Beaucoup de pasteurs travaillent en dehors de l’Eglise. Mais nous pouvons accomplir plus pour le Seigneur quand on n’est pas obligé de travailler ailleurs, et c’est ce que le Seigneur désire :

1 Cor 9:13-14: Ne savez-vous pas que ceux qui remplissent les fonctions sacrées sont nourris par le temple (par la dîme et les offrandes), que ceux qui servent à l’autel ont part à l’autel? De même aussi, le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l’Évangile de vivre de l’Évangile.

Oui, Paul renonçait à “ce droit” parfois, mais en général nous constatons que Paul dépendait du soutien des Eglises.

2 Cor 11:7-9 Ou bien, ai-je commis un péché parce que, m’abaissant moi-même afin que vous fussiez élevés, je vous ai annoncé gratuitement l’Évangile de Dieu? J’AI DEPOUILLE D’AUTRES EGLISES, EN RECEVANT D’ELLES UN SALAIRE, pour vous servir. Et lorsque j’étais chez vous et que je me suis trouvé dans le besoin, je n’ai été à charge à personne ; CAR LES FRÈRES VENUS DE MACÉDOINE ONT POURVU À CE QUI ME MANQUAIT. En toutes choses je me suis gardé de vous être à charge, et je m’en garderai.

Paul enseignait aux membres des Eglises de soutenir financièrement leurs responsables généreusement :

1 Tim 5 :17 : Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement. Car l’Écriture dit : Tu ne muselleras point le boeuf quand il foule le grain. Et L’OUVRIER MERITE SON SALAIRE.

Galates 6:6-7 QUE CELUI A QUI L’ON ENSEIGNE LA PAROLE FASSE PART DE TOUS SES BIENS A CELUI QUI L’ENSEIGNE. Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi.

Mes amis, n’écoutez pas ceux qui tordent la Parole du Christ ainsi et qui sont en plus outrageux. Il n’y a pas de place dans l’Eglise ou dans le ciel pour une personne outrageuse selon 1 Corinthiens 5.

Henry Linderman
Eglise Evangélique Vie Nouvelle, Paris

Source : EEVN

Quelle place pour les femmes dans l’Eglise ?

Dans la France d’aujourd’hui, l’égalité entre hommes et femmes est une valeur partagée. Dans à peu près toutes les sphères de la société, du monde professionnel à la vie civile, hommes et femmes sont égaux en droits, ils ont accès aux mêmes fonctions et aux mêmes responsabilités. Et de fait, même si les évolutions sont lentes dans certains secteurs, les femmes accèdent peu à peu aux plus hauts postes.

Il est pourtant un espace qui résiste à cette évolution : le monde religieux. La plupart des communautés religieuses de notre pays ne permettent pas aux femmes d’accéder aux fonctions de responsable ou de ministre du culte. Dans le monde protestant, la situation est très contrastée entre les églises luthéro-réformées, où l’égalité est entière entre les hommes et les femmes (la profession de pasteur s’y féminise rapidement), et les églises évangéliques, où la majorité des unions d’églises refusent l’accès des femmes aux ministères d’ancien et de prédicateur (voire à d’autres fonctions, selon les milieux). Les instances dirigeantes du CNEF en sont le reflet : elles ne comptent tout simplement aucune femme.

Comment nos contemporains perçoivent-ils cette persistance à exclure ainsi les femmes de la direction de nos églises, qui ont par ailleurs un style si moderne ? Alors que les évangéliques de France ambitionnent d’implanter de nombreuses nouvelles églises dans notre pays (l’objectif du CNEF est d’atteindre le taux d’une église pour 10 000 habitants contre une pour 30 000 actuellement), n’est-il pas temps de se poser la question du bien-fondé de cette pratique ? Faut-il risquer de heurter et de détourner de nos églises des femmes et des hommes de notre temps qui ne comprennent pas ce qu’il faut bien appeler une forme de discrimination ? Pourtant, dans les milieux évangéliques, le sujet n’est que très peu évoqué. Comme si ça allait de soi.

Ecarter d’emblée la moitié des membres d’une église de l’exercice des ministères les plus importants est une décision grave. Il s’agit d’être bien certain que c’est la volonté de Dieu. Or, la réflexion sur ce sujet se limite le plus souvent à la lecture et au commentaire de deux ou trois passages bibliques, toujours les mêmes. Les lignes qui suivent sont une invitation à reconsidérer la question de la place des femmes dans l’Eglise dans une autre perspective, bien plus large et réjouissante : celle de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.

«Au commencement, il n’en était pas ainsi»

«C’est à cause de la dureté de votre coeur que Moïse vous a permis de divorcer d’avec vos épouses. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi» (Matthieu 19.8)

Cette phrase de Jésus aux pharisiens ne s’applique-t-elle qu’à la question du divorce ? Le passage parallèle dans Marc incite à penser qu’elle concerne toutes les pratiques qui font une différence (une hiérarchie) entre les hommes et les femmes.

Jésus leur répondit : «C’est à cause de la dureté de votre coeur que Moïse a écrit ce commandement pour vous. Mais au commencement de la création, Dieu a créé l’être humain homme et femme». (Marc 10.5-6)

Ce verset fait bien sûr référence au récit de la création de Genèse 1 : «Dieu créa les hommes pour qu’ils soient son image, oui il les créa pour qu’ils soient l’image de Dieu. Il les créa homme et femme». (Genèse 1.27)

Dieu n’est ni homme, ni femme, Il est Esprit. Les femmes reflètent tout autant l’image de Dieu que les hommes. La domination dont sont victimes les femmes est une conséquence de la chute.

Dieu dit à la femme : «Je rendrai tes grossesses très pénibles, et tu mettras tes enfants au monde dans la souffrance. Ton désir se portera vers ton mari, mais lui te dominera» (Genèse 3.16)

Cette malédiction annoncée à Eve s’est réalisée tout au long de l’histoire humaine, y compris dans l’histoire biblique (de manière choquante dans certains livres de l’ancien testament, mais aussi dans le nouveau testament), y compris dans l’Eglise. Mais il s’agit d’une malédiction, pas d’un commandement.

«Parce que tu as cru en moi, tu es sauvée»

Jésus dit à la femme : «Parce que tu as cru en moi, tu es sauvée ; va en paix» (Luc 7.50)

La venue de Jésus est porteuse d’une libération extraordinaire pour les femmes. On ne mesure pas aujourd’hui à quel point son attitude à l’égard des femmes était libérale dans le contexte de l’époque. Le statut de la femme juive du 1er siècle est l’un des pires qui soit. Elle était considérée comme inférieure et impure, et les pratiques religieuses (qui allaient au-delà de ce que préconise la Torah) le lui rappelaient constamment.

Jésus, au contraire, ne fait pas de différence entre les hommes et les femmes, il adopte la même attitude à leur égard. Alors qu’il lui arrive de souligner la priorité de son ministère pour les Juifs (Matthieu 15.21-28), nulle part il n’est question d’une priorité des hommes par rapport aux femmes. Jésus va à la rencontre des femmes, il s’entretient avec elles, il les enseigne. Le groupe de disciples qui l’accompagne compte de nombreuses femmes (Luc 8.2-3 ; Marc 15.40-41). La liberté que prend ainsi Jésus d’appeler des femmes à sa suite est exceptionnelle (indécente) dans la culture de l’époque, tout comme l’est d’ailleurs la liberté de ces femmes qui cheminent avec lui.

Jésus donne aux femmes leur majorité spirituelle. Il leur ouvre un accès libre à sa personne et à son enseignement, sans aucune médiation masculine. A aucun moment, il ne les cantonne dans une vocation ou un rôle particulier. L’Evangile est pour les femmes tout autant que pour les hommes.

«Il n’y a donc plus de différence» (1)

«Il n’y a donc plus de différence entre les Juifs et les non Juifs, entre les esclaves et les hommes libres, entre les hommes et les femmes. Unis à Christ, vous êtes tous un» (Galates 3.28)

Paul tire les conséquences de l’oeuvre de Jésus-Christ. Ce verset exprime une des vérités fondamentales et intemporelles du Christianisme. Il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes : «Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu» (Romains 3.23)

A moins de considérer que le sang du Christ serait suffisant pour couvrir le péché d’Adam, mais pas celui d’Eve ? Les femmes devraient-elles continuer, de génération en génération, à l’expier ?

«En effet, l’amour du Christ nous étreint, car nous avons acquis la certitude qu’un seul homme est mort pour tous : donc tous sont mort en lui» (2 Corinthiens 5.14)

Hommes et femmes, nous sommes au bénéfice de la seule grâce de Dieu. «Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous qui règne sur tous, qui agit par tous et qui est en tous» (Ephésiens 4.5-6)

Et pourtant, combien les femmes ont été et sont encore aujourd’hui dans l’Eglise considérées comme « différentes » ! L’Eglise aurait dû être (et elle l’a été dans une certaine mesure à ses débuts) le fer de lance de la libération des femmes. Le moins que l’on puisse dire, c’est que dans notre pays, à l’exception de certains milieux, elle est à la traîne.

Il ne m’est jamais arrivé, ni lors de mes études, ni dans mon contexte professionnel, ni ailleurs dans la vie civile, de me sentir discriminée parce que femme. Nulle part, à aucun moment… sauf à l’église. N’est-ce pas un comble ?

Alors bien sûr, il y a ces autres textes derrière lesquels beaucoup se retranchent, en les sortant de leur contexte, pour justifier le non accès des femmes aux ministères d’ancien et de prédicateur : 1 Timothée 2, 1 Pierre 3 ou encore 1 Corinthiens 11.

C’est vrai, ces textes sont dans le nouveau testament. Il s’agit d’écrits très tardifs (d’après les spécialistes des manuscrits bibliques) qui reflètent un retour en arrière par rapport à l’enseignement de Paul et la pratique des toutes premières communautés, pour ne pas choquer le milieu ambiant. Les chrétiens sont exhortés à se conformer au modèle social – patriarcal – qui a cours alors dans l’Empire romain. Des textes antiques contemporains des écrits du nouveau testament montrent que les chrétiens étaient accusés de troubles à l’ordre social et de pratiques immorales. Dans ce contexte, la nouveauté qui consistait à donner la parole aux femmes dans les communautés a pu apparaître comme les desservant par rapport aux regards extérieurs.

«Ayez une bonne conduite au milieu des païens. Ainsi, dans les domaines mêmes où ils vous calomnient en vous accusant de faire le mal, ils verront vos bonnes actions et loueront Dieu le jour où il interviendra dans leur vie» (1 Pierre 2.12)

Il ne faut donner aucune occasion à la société ambiante de critiquer l’Eglise pour une raison autre que le coeur de l’Evangile : l’annonce et la vie en Jésus-Christ, mort et ressuscité pour nous. Cela peut se comprendre dans un contexte de méfiance croissante et bientôt de persécution contre les chrétiens.

Finalement, ces textes, on les applique à l’envers aujourd’hui. Nous ne vivons plus dans l’Antiquité. Ce qui est choquant pour nos contemporains, c’est la différence de traitement entre les hommes et les femmes. Est-ce que vous osez aborder sans rougir cet aspect de votre vie d’église devant des non-chrétiens ? Ca ne contribue pas à rendre nos églises attractives.

Nulle part dans la Bible, il n’est écrit que l’esclavage doit être aboli. Au contraire, le nouveau testament demande à l’esclave d’accepter sa condition (Ephésiens 6.5 ; 1 Pierre 2.18). Pourtant, ça fait des siècles que les chrétiens ont compris que cette pratique est contraire à la volonté de Dieu.

Et quel dommage pour les églises de se priver des dons que Dieu a donnés aux femmes !

«En chacun, l’Esprit se manifeste d’une façon particulière, par les dons qu’il accorde, en vue du bien commun» (1 Corinthiens 12.7). Et en chacune ?

«Aspirez aux dons les meilleurs»

«Aspirez aux dons les meilleurs» (1 Corinthiens 12.31)

A qui cette exhortation est-elle adressée ? A tous les chrétiens, ou seulement à certains (les hommes) ? Les femmes doivent-elles aspirer aux dons les meilleurs parmi ceux qu’elles seront autorisées à exercer dans l’église ? Ou bien peuvent-elles aspirer également à ceux qu’elles ne pourront pas exercer dans l’église, et alors ce sera juste pour leur satisfaction personnelle ? Mais cela ne risque-t-il pas plutôt de générer des frustrations ?

La différence faite entre les hommes et les femmes dans les églises engendre de nombreuses situations injustes, malsaines, qui minent la communion fraternelle.

Evidemment que l’exhortation de Paul s’adresse aussi aux femmes. Dieu leur a accordé de nombreux dons, naturels et spirituels, pour le bien de son Eglise. Il est regrettable que certains de ces dons soient laissés en friche, ou investis dans d’autres champs, hors des églises, alors que celles-ci en ont tant besoin.

Comment imaginer que notre Dieu, le Dieu de Jésus-Christ, ait voulu l’inégalité entre ses enfants ?

«Dieu ne fait pas de différence entre les hommes»

Autre traduction : «Dieu ne fait pas de favoritisme» (Actes 10.34)

«Les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles. Ainsi, celui qui est uni à Christ est une nouvelle créature : ce qui est ancien a disparu, voici : ce qui est nouveau est déjà là. Tout cela est l’oeuvre de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et nous a confié le ministère de la réconciliation» (2 Corinthiens 5.17)

L’épître aux Romains (chapitres 14 et 15) évoque la situation de chrétiens qui ne mangeaient pas de viande et qui faisaient des différences entre les jours parce qu’ils n’avaient pas saisi le sens et l’étendue de la libération apportée par Jésus-Christ. Paul recommande de ne pas les brusquer, mais de les amener avec douceur et patience, à cheminer. C’est aussi la voie à suivre pour faire évoluer la situation des femmes dans l’Eglise.

Cela étant, à la différence des questions alimentaires et calendaires, les représentations et opinions relatives aux femmes concernent des personnes et ont un impact direct sur la vie et le témoignage de l’Eglise. Ce qui justifie un peu d’insistance…

L’Eglise est la préfiguration du Royaume à venir. Elle est appelée à manifester au monde l’oeuvre de restauration et de réconciliation accomplie par Jésus-Christ. Au sein du peuple de Dieu, les différences sont abolies. Ma prière est que nos églises puissent réaliser et vivre pleinement ce ministère de réconciliation.

Sylvie K. pour Actu-Chretienne.Net

LA DÎME : CLÉ DE LA BÉNÉDICTION DIVINE

“Tu lèveras la dîme de tout ce que produira ta semence […] tu mangeras devant l’Éternel, ton Dieu, […] la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, et les premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, afin que tu apprennes à craindre toujours l’Éternel, ton Dieu.”Deutéronome 14.22-23

La dîme n’était pas optionnelle, c’était un commandement de Dieu. Elle était au centre de sa relation avec son peuple, un rappel constant que tout leur venait de sa main. Que Dieu avait promis de les protéger et de pourvoir à leurs besoins… aussi longtemps qu’ils lui obéiraient, le serviraient et lui donneraient la première place. Comme le leur avait enseigné Moïse, la dîme était “une chose consacrée à l’Éternel”, qu’elle lui appartenait (Lévitique 27.30).

Dieu veut que nous comprenions que donner est la clé de sa bénédiction.

Tandis que les Israélites se préparaient à entrer dans le Pays Promis, Moïse les pressa de se souvenir que la dîme était très importante pour Dieu. Qu’ils devaient la donner sur tout. Non pas de temps en temps ou lorsque cela les arrangeait. Non. “Chaque année.”

C’était là une loi perpétuelle, valable pour toutes les générations. Son but était d’apprendre au peuple “à craindre toujours l’Éternel, ton Dieu”. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient besoin de lui donner la première place dans leurs vies. Afin qu’ils n’oublient pas sa sainteté, Dieu leur donna des règles et des directives spécifiques concernant la dîme. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient besoin de la donner… pour leur propre bien.

Ces mêmes principes sont vrais aujourd’hui. Il existe beaucoup d’excuses pour ne pas respecter la dîme, et les raisons pour lesquelles les gens ne donnent pas à Dieu sont légion : autres priorités, intérêts personnels, habitudes. Mais Dieu veut que nous comprenions que donner est la clé de sa bénédiction. Que dans tout ce que nous faisons, nous devons chercher premièrement son royaume.

Assurez-vous que Dieu occupe la première place dans votre cœur. Manifestez cet engagement en lui donnant. Donnez-lui sa dîme. Mais apportez-lui aussi vos offrandes et semez pour son royaume. Il est saint. Il est digne. Vous pouvez lui confier votre vie.

Une prière pour aujourd’hui

Père, je te remets ma vie. Je veux donner avec joie la dîme de tes dons. Amen.

© 2018: Tehilla International | KABBO Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress